La mosquée bleue, Istanbul

Ce billet est également disponible en : Anglais

La Mosquée bleue est un symbole pour moi. C’est le vrai début du voyage, le premier point important en Asie sur la route de l’Inde. Elle se trouve près du célèbre Pudding Shop, alias le « Lale Restaurant ». C’était un lieu de rencontre célèbre pour les hippies et autres routards sur la route entre l’Europe et l’Inde, le Népal et l’Asie – la « Route de l’Inde » comme on l’appelait. J’avais seize ans la première fois que j’y suis allé, mais je suis resté à Istanbul, et je n’ai continué jusqu’en Inde que deux ans plus tard. En fait, c’est dans ce même Pudding Shop que j’ai ensuite trouvé l’information qui m’a permis d’aller jusqu’à Téhéran en voiture.

La Mosquée Bleue, appelée comme ça pour les faïences émaillées  bleues qui ornent ses murs intérieurs, est une gigantesque mosquée à six minarets construite au début du 17ème siècle par le Sultan Ahmed I. Il souhaitait construire un lieu de culte islamique qui serait encore plus impressionnant que la Hagia Sophia qui est à côté de lui. Aujourd’hui, les dômes en cascade et les six minarets de la mosquée Sultanahmet dominent l’horizon d’Istanbul.

J’ai lu que le Sultan Ahmed Ier n’avait que 19 ans quand il a décidé de faire construire cette mosquée. Elle a été construite près de la basilique Sainte-Sophie, sur le site de l’hippodrome antique et du palais impérial byzantin. Et le Sultan est mort un an après l’achèvement de son chef-d’œuvre, à l’âge de 27 ans. Il est enterré à l’extérieur de la mosquée avec son épouse et ses trois fils.

 

 

Cérémonie du thé par Maiko, Kyoto, Japon
Jeune indienne Embera, Panama
%d blogueurs aiment cette page :